À propos

Le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse 

L’héritage patrimonial et l’histoire font partie de la vie quotidienne des gens de Saint-Michel, lesquels sont entourés de plus de 200 immeubles plus que centenaire.

Le bijou de Saint-Michel est le vieux presbytère situé aux abords du fleuve St-Laurent. Il est sans égal au Québec en raison de sa valeur religieuse, historique, architecturale, culturelle, naturelle et touristique.

Le plus ancien presbytère du Québec et du continent nord-américain

Au moment de la construction de sa première phase en 1715, Mozart n’est pas encore né. L’Europe est dirigée par des monarchies. La France n’a pas encore fait sa révolution. Les États-Unis n’existent pas comme pays indépendant.

Aucun presbytère au Québec, voir même sur le continent nord-américain, peut se prévaloir d’être plus âgé que le presbytère de Saint-Michel. Il est plus vieux que ceux de Saint-François-de-Sales-de-la-Rivière-du-Sud bâti en 1763-1764, Saint-Joachim bâti en 1766 et San Diego de Alcala en Californie qui date de 1769 et reconnu comme le plus vieux presbytère aux États-Unis.

Un trésor québécois à sauvegarder et à revaloriser

Vers 1712, le cultivateur Joseph David dit Lacroix donne un terrain. En 1713, on y construit une église de 20’ X 25’. En 1715, on y bâtit un presbytère de pierre de 20’ X 20’. Les fondations sont encore présentes dans la moitié nord de la cave du presbytère actuel.

En 1739, on construit un nouveau presbytère. En 1790, on l’agrandit en y ajoutant une salle des habitants. En 1854, on ajoute une cuisine d’été sur le coté Est.

Au fil des années, le presbytère a fait face à des catastrophes naturelles, a résisté en 1759 aux boulets de canon de l’armée du général Wolfe et a supporté l’occupation des miliciens pro-américains lors du siège de la ville de Québec en 1775.

Le presbytère est témoin de 3 événements majeurs : la transition du régime français au régime anglais (1756-1763), le passage du régime seigneurial au régime municipal (1845-1854), et la séparation de l’Église et de l’État (1960-1970).

Depuis 1715 (305 ans), il y a toujours eu un presbytère sur ce petit lopin de terre face au fleuve !

En 2020, le presbytère a toujours belle allure.
Ce presbytère est la fierté des Michelois et Micheloises et l’envie de bien des visiteurs du Québec et d’ailleurs.

Imaginons l’avenir du presbytère

Il ne faut pas laisser une partie de l’histoire du Québec se fragiliser, devenir vulnérable et puis disparaitre par ignorance, indifférence ou par fausses économies !

Lorsque la Municipalité a acquis le presbytère en 2017, elle a convenu contractuellement de conserver et de mettre en «valeur pour les générations actuelles et futures tout ce patrimoine communautaire en lui assurant un usage public à perpétuité, accessible à tous…».

Puisqu’aucune vision n’a encore été présentée aux citoyens, je vous offre un projet à caractère communautaire afin d’entamer une réflexion et débuter une conversation sur l’avenir de ce bijou patrimonial qui appartient à nous les Michelois et Micheloises et à TOUS les Québécois et Québécoises.

Pour servir les générations futures, le presbytère deviendrait un carrefour – un lieu d’échanges – sur l’histoire, le patrimoine, la culture, les traditions et le tourisme de Bellechasse et du Québec.

Cette vision peut devenir réalité : elle répond aux critères du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier annoncé par le gouvernement du Québec en 2019 et dont le but est la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti afin de le transmettre aux générations futures. C’est une belle opportunité de financement à ne pas rater !

LE TEMPS EST VENU de passer à l’action pour revaloriser notre bijou patrimonial !